J’ai (relu) – « Ceux qui sortent dans la nuit » de Mutt-Lon

« Ceux qui sortent dans la nuit » (MUTT-LON) est paru chez Grasset en 2013

« CEUX QUI SORTENT DANS LA NUIT » – Sorti chez Grasset (France) en 2013, cet ouvrage à mon avis est à mettre entre toutes les mains. Oui oui, car au-delà du thème des « Ewusus » (chaque peuple au Kroun et en Afrique a son nom pour les désigner), c’est aussi un très beau roman qui tient en haleine et fait réfléchir sur l’utilité qui pourrait être fait de ces pouvoirs.

« Ceux qui sortent dans la nuit », un titre qui à lui seul titille déjà notre curiosité et c’est peu dire ! Face à un continent africain de tous les fantasmes où s’exercer à parler de ses vérités culturelles et anthropologiques sans tomber dans ces fantasmes devient défi incessant, voilà un livre qui fait une plongée remarquable dans l’univers de « ceux qui voient » ou plus prosaïquement, de ceux disposant de pouvoirs mystiques. Non, je ne parlerai pas de « sorciers » tant ce mot à lui seul est devenu porteur d’amalgame (rires)

En le découvrant année dernière (2016 ndlr), je m’étais demandée comment j’aborderai mon retour sur ce livre? Un long article et puis basta? Finalement, j’ai compris que je ne pourrai avoir un retour, mais des retours ! Un peu comme mon attitude actuellement avec ce livre. Car voilà, même après avoir lu le roman (en 1 jour la première fois), il m’arrive encore de le prendre, juste ouvrir une page, me remplir d’un passage, et le refermer. Outre la plongée dans le monde des gens de la nuit, le roman de Mutt-Lon se veut aussi historique en nous faisant découvrir une époque révolue et les valeurs qu’elle portait. Pouvons-nous aujourd’hui faire appel à ces valeurs ancestrales? Sans doute !

Biographie de l’auteur : « Mutt-Lon, de nationalité camerounaise, est né en 1973. Il a été étudiant à l’Université de Yaoundé et travaille comme monteur. Il a également enseigné les mathématiques. Ceux qui sortent dans la nuit est son premier roman. Grasset 2013, 288 pages, 18.90 euros
Né Daniel-Alain NSEGBE, l’auteur camerounais Mutt-Lon (L’enfant du terroir en langue Bassa) a reçu le Grand Prix Ahmadou KOUROUMA 2014. « La procession des charognards », son deuxième roman, est sorti aux Editions Clé à Yaoundé (Cameroun)

Présentation de l’éditeur : « Ceux qui sortent dans la nuit est un roman qui se déroule dans les arcanes du monde des ewusus, ces gens qui hantent les nuits et que la légende africaine pare de pouvoirs aussi extravagants que l’invisibilité, la lévitation, la capacité à remonter le temps.Alain Nsona, le personnage principal, veut venger sa soeur et pour ce faire, devenir lui-même un ewusu, c’est-à-dire quelqu’un qui, la nuit venue, quitte son corps et a le don d’ubiquité. Il va rencontrer le vieil ewusu, Jean-Paul Ada, qui deviendra son gourou. Ce dernier lui propose une mission qui consiste à remonter le temps jusqu’en 1705 dans un village africain à la recherche d’un certain Jam-Libe, ewusu du temps jadis, qui posséderait le pouvoir de dématérialiser les objets. Ce pouvoir est convoité par Ada et quelques autres ewusus qui ambitionnent de provoquer une révolution qui libèrerait l’Afrique.L’action se déroule alors en 1705. Alain Nsona, qui se croyait seul représentant de notre époque, a la surprise de rencontrer Tikyo, son contemporain qui avait été envoyé pour la même mission. A travers ces deux jeunes gens, Nsona l’Africain moderne et Tikyo le conservateur, s’opposent deux perspectives de l’Afrique. »

Et pour finir, un extrait d’un article du Pr Jacques Chevrier sur ce livre (de quoi vous mettre l’eau à la bouche pas vrai !)

« Alain Nsona décide d’enquêter sur la mort prématurée de sa soeur, Dodo, seulement âgée de dix ans. Comme souvent dans ce type d’affaires, ses soupçons se portent sur les proches de la famille, en l’occurrence leur propre grand-mère. C’est en effet elle, « esuwu » réputée, qui a initié sa petite-fille en lui faisant absorber les neuf décoctions rituelles. La dernière, « celle qui retient la langue, n’a pas été efficace. Donc Dodo parle, ce qui met en danger toute la communauté des « esuwu ». Dans ces conditions, elle doit disparaître. Afin d’identifier et de châtier les responsables du meurtre de sa petite soeur, le narrateur accepte, à son tour, de devenir un « ewusu ». Le dédoublement propre à son nouveau statut le conduit ainsi à entreprendre un véritable « voyage astral » : à la suite d’une remontée magique dans le temps, il se retrouve en 1705, en plein XVIIIe siècle, afin, dans un but scientifique, d’y découvrir le secret de la dématérialisation des objets… » (Source : Le Point.fr)

Mutt-Lon (La Procession des charognards, Clé, 2015) – Tous les livres de Mutt-Lon sont disponibles en librairie (Clé à Yaoundé pour le 2e) et en ligne sur Amazon et autres sites de ventes.

« Christian Ngombi, jeune homme jusque-là sans histoire, est enrôlé malgré lui dans une bande de trafiquants d’ossements humains. Totalement déboussolé après sa première expédition nocturne, rongé par la culpabilité, il sombre dans l’amertume et songe à se suicider. Pour lui remonter le moral et tenter de donner un sens à sa nouvelle vie, Otto Makang, vieil adepte de l’exhumation des cadavres et du trafic des ossements humains, entreprend de lui raconter ses propres débuts. C’est à travers les confessions de ce curieux bonhomme que l’on plonge au coeur de l’univers interlope de ces gens de l’ombre, inconnus du grand public et pourtant redoutés de tous. » (4ème de couverture)

A propos de Minsili 246 Articles
Enying esiki fianga # Life is not a joke !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire