• Tu t’appelles « Lumumba »?

    lumumba_afriqueANECDOTE – « Lumumba… » ! Regard de surprise, les yeux qui s’arrondissent, les commisures des lèvres qui esquissent un sourire de l’interlocuteur surpris qui vient de prononcer ce nom. Et moi de regarder, en maman amusée, car je sais déjà comment tout cela va finir : le policuier préposé au contrôle avant embarquement de l’aéroport de Yaoundé va sourire de plus en plus, bouger de son siège et pencher la tête vers nous pour regarder avec un intérêt grandissant mon fils « Lumumba ». Et alors, je pourrais presque réciter avec lui le reste de ses phrases que je devine déjà :
    Tu t’appelles Lumumba? suivi immanquablement du : « Sais-tu qui étais Lumumba? » et avant que mon fils n’ait pu répondre, la personne répètera, comme pour elle-même : « Lumumba ! » avant de me regarder, moi la mère, comme si j’étais une espèce rare et d’autant plus curieuse. Ce scénario est quasi immuable à chaque voyage en terre africaine 🙂

    Pourtant, en appelant mon fils « Lumumba », décidée que j’étais à donner des prénoms africains à lui et les suivants, je me rappelle des heures d’hésitation entre « Sankara », « Samory » et « Lumumba ». « Samory », j’ai fini par abandonner car à cette époque et mon regard sur l’histoire, ses conquêtes guerrières me paraissaient de trop « violentes ». « Sankara » a perdu la partie car malgré mon admiration pour lui, je trouvais le prénom trop « fort », un héritage bien lourd et alors « Lumumba » a gagné la mise. Ceci répondait jsute à ma façon d’être « MOI » et l’inculquer à mes enfants : tu fais partie d’une chaine car un nom, c’est un lien immortel, indefectible, alors tu porteras des noms de cette Afrique, qu’importe qu’ils soient camerounais ou non. Et chaque fois que quelqu’un t’appelera, c’est le nom de cet aieul qu’il prononcera.

    Ongola 2015 - parcours vita - mounans - cl 1 - miniEt « Lumumba » revint à l’ainé. Pour le dernier, j’avais appris la leçon : dans certaines contrées, tu auras beau avoir un prénom africain mais si un autre à côté, on aura tendance à t’appeler par le prénom le moins africain. Alors avec Amani inspiré du swahili, j’ai appliqué le « on dit premier gaou n’est pas gaou, c’est 2e gaou qui est nyata ! » Ni une ni deux, tous ses prénoms seront africains, pas moyen de l’appeler autrement (rire).

    « Tu t’appelles Lumumba? » Près de 12 ans plus tard, je suis toujours aussi amusée de voir la surprise dans les yeux des miens sur le continent et découvrir ceci dont j’étais loin de me douter : se pourrait-il qu’avoir le nom d’un héros africain vous rende plus sympathique? Ah là là mon cher Lumumba, à cette allure, je ne mettrai plus pied au pays ou ailleurs sur le continent sans toi mon fils ! (rire). (M.Z.)

Laisser un commentaire