• LA MUSIQUE EKANG A L’OLYMPIA : mon ressenti sur la soirée du 10 juillet

    Concert Bikutsi Ekang Fang Beti Olympia 10 juillet 2016 / Photo : ©MZM

    Concert Bikutsi Ekang Fang Beti Olympia 10 juillet 2016 / Photo : ©MZM

    LA MUSIQUE EKANG A L’OLYMPIA – Mon billet (le dernier, promis!) et ressenti sur la soirée du 10 juillet

    Le pari était osé, faire prester dans une mythique salle parisienne, le même jour que l’Euro 2016, 21 artistes venus tout droit du Golfe de Guinée ! Le jour J, j’étais bien sûr en place, pas question pour moi de rater cet événement. Déjà parce que je suis très intéressée par l’univers culturel, surtout lorsqu’il s’engage dans une démarche panafricaine. De plus, je suis issue du peuple qui était à la une ce soir-là, les EKANG. Peuple séparé suite au partage de l’Afrique à Berlin* et aujourd’hui disséminé dans pas moins de 6 pays : Cameroun (où on les appelle communément « Beti »), Gabon et Guinée Équatoriale (où ils sont communément désignés sous le vocable « FANG »), mais aussi Angola, Sao Tomé & Principe, Congo Brazza pour ne citer que ceux-là.

    Dimanche 10 juillet, la fête fut belle, le public présent n’ayant pas boudé son plaisir, et donnant de la voix durant les 3 heures de show ! Selon les organisateurs, on comptait ce soir-là 1200 personnes sur les 1772 places de l’Olympia, soit un taux d’occupation de 70% ! Et ceci est déjà une victoire, quand on connaît le manque de mobilisation qui caractérise habituellement la première communauté concernée ou la timidité avec laquelle cet événement a été défendu par les différents groupes FB de cette communauté.

    La musique comme moyen/manière de communuer avec l'Univers, la musique, "Tryptique" qui se décline en 3 : "chant", "danse" et "parole poétique" !

    La musique comme moyen/manière de communuer avec l’Univers, la musique, « Tryptique » qui se décline en 3 : « chant », « danse » et « parole poétique » !

    Le 10 juillet, il y avait de quoi avoir la larme à l’œil, avec ce public multiethnique venu vibrer en cœur avec 21 artistes répartis en pas moins de 4 générations !

    Ange Ebogo Emerant, Govinal, Mbarga Soukous, Tsimi Toro, Zele Le Bombardier, Bisso Solo, Eboue Chaleur, Richard Amougou, le jeune Dynastie le Tigre qui fait un tabac dans son pays, etc., ils étaient tous présents. Côté gabonais, l’excellent Arnaud Eyagha a emporté le public lors de sa prestation, avec notamment la reprise du titre « Africa » de feu Pierre-Claver ZENG, un des meilleurs poètes-chanteurs que la musique ekang ait eu. Brigida Biol de Guinée Équatoriale et ses danseuses en sublimes tenues traditionnelles, ont aussi mis le feu ! Côté femmes camerounaises, de la petite Indira (devenue à 14 ans la plus jeune artiste africaine à performer à l’Olympia), à LAB’L, Mani Bella, Coco Argentée et K-Tino, je vous le dis, la soirée était électrique.
    séparé

    Euille ! Par quel miracle peut-on écouter du Bikutsi ou autre rythme ekang et rester assis ?

    Petite anecdote, au bout de 5 minutes assise, comme beaucoup, je me suis levée pour me diriger en bas de l’estrade. Ainsi, je pourrais danser tout mon saoul et essayer de filmer en même temps, pas facile, mais qui veut peut (rires). Plus tard, un couple qui venait d’arriver (car le public n’a pas cessé d’arriver même 1h après le début du concert), me fait signe de m’écarter car je les empêcherai de voir. Je m’exécute, tout en me disant intérieurement : si je me suis levée, c’est déjà parce qu’il est presque impossible d’être normalement constitué, et de rester assis quand on joue du Bikutsi en live. De plus, si j’ai quitté ma place c’est justement parce femme avertie sait anticiper deh ! Pendant les 5 mn où j’ai été assise, ma voisine de derrière n’a pas arrêtée de me donner des petits coups pour me demander de demander à mon tour au grand monsieur debout devant moi, de s’asseoir ! Yeuuch donc j’allais passer mon temps à demander aux gens de s’asseoir alors que c’est chacun qui se mettait debout ? Mieux je quittais moi ma place pour aller me chercher ailleurs (rires).

    Concert Bikutsi Ekang Fang Beti Olympia 10 juillet 2016 / Photo : ©MZM

    Concert Bikutsi Ekang Fang Beti Olympia 10 juillet 2016 / Photo : ©MZM

    Bref, il en faudrait des heures pour parler de ce concert, de la beauté des femmes présentes ce soir-là (car le show n’état pas que sur l’estrade), et leur sens du nianga/coquetterie. J’en ai félicité plus d’une, en somme nous nous sommes auto-congratulées plus d’une fois sur nos tenues. Que voulez-vous, charité bien ordonnée commence par soi-même. Cela m’a rappelé mon adolescence à Yaoundé, à cette époque où une jeune femme pouvait féliciter une autre sjuste parce que votre tenue lui avait tapé dans l’œil. Ah quelle époque !

    Big up à certaines filles du FB camerounais qui sont loin de ceux que laisent supposer les apparences

    J’ai croisé ce dimanche 10 juillet moult figures du Facebook camerounais, donc certaines de ces filles qu’on traite communément de « clasheuses ». Pourtant, elles étaient là, pour soutenir la culture et ce sans se préoccuper d’être du peuple ekang ! Et au passage FB ne ment pas, elles sont vraiment jolies hein ! Cela m’a aussi appris une chose : face aux bisbilles de Facebook, ne pas trop s’empresser de juger une personne juste au vu des clashs présumés. Alors, spécial big up à Facebook car ce média semble avoir été un grand outil de mobilisation.

    Dans ma série de BIG UP, un spécial au au patriarche Ayissi Leduc dont les pas de danse ont accompagné beaucoup d’entre-nous depuis leur jeunesse. Il a été extraordinaire ! Les danseurs et danseuses qui étaient sous sa direction, nous « ont tué », je vous assure ! Ils étaient BONS, je ne vois pas ce que je pourrais dire de plus.

    Big up aux promoteurs de cet événement ! Pour moi désormais, lire DLA Music, Torpedo Prod, voir des noms comme Landry AYISSI, Pascal Pierre BENGONO ou Guy Alexandre MAMBO derrière un événement, je serai rassurée, car ayant un a-priori favorable sur la qualité du spectacle  et l’accueil du public !

    Concert Bikutsi Ekang Fang Beti Olympia 10 juillet 2016 / Photo : ©MZM

    Concert Bikutsi Ekang Fang Beti Olympia 10 juillet 2016 / Photo : ©MZM

    Une organisation qui m’a personnellement bluffée

    Autre anecdote (et qui en filigrane donne une idée du professionnalisme) : le spectacle a commencé à l’heure prévu. Ce qui nous valu, à mes deux complices de la soirée et moi, de rater le passage de la benjamine Indira. Ne riez pas, nos billets achetés plus d’un mois avant, hé bien le jour J, juste un billet sur trois ! Pas de panique (lol un peu quand même !), nous allons voir un membre de la sécurité (ça ne blaguait pas de ce côté là non plus), qui nous envoie vers une guichetière. Cette dernière ne semble pas trop comprendre notre problème (la pauvre, on parlait toutes en même temps) et nous suggère de retourner où on acheté nos billets demander duplicata. Yeuuch ma fille, tu dis que quoi ? A Nti ooo, les billets ont été achetés dans un Carrefour à 1h de voiture de Paris, par quel sorcellerie on va quitter l’Olympia un dimanche à 18h15 pour aller demander des duplicata et revenir voir ce qu’on attend depuis un mois ? Ouf, elle a fini par comprendre (après qu’on ait arrêté de vouloir parler en même temps lol!) et nous redirige vers un de ses collègues. Celui-ci, très pro, vérifie une ou deux informations, et nous envoie vers un autre guichet où nous nous verrons délivrer immédiatement duplicata des 2 billets manquants. Au passage, merci Facebook (oui je sais, je remercie beaucoup le truc de Zuck), mais c’est aussi pour avoir partagé nos billets sur ce réseau, que grâce à cette image, il a été facile de nous situer (rires).

    Ah j’oubliais, tu as beau vouloir danser et faroter (mes petits 50 euros en coupure de 10 que je gardais sous le coude sont tous partis tellement je ne savais quoi faire au-delà de mes Oyenga/youyou ekang pour dire ma joie), pas question de monter sur l’estrade ! C’était l’Olympia, et j’ai un petit sourire en pensant à cette fille qui a réussi à monter sur l’estrade avant qu’un type musclé la fasse descendre doucement mais fermement quelues seondes plus tard.

    Big up aux artistes, vous avez été tous et toutes GRANDIOSES ! BIG UP à toute la team technique derrière cet événement, les choristes, les musiciens, le régisseur (on les oublie souvent eux). BIG UP à MBIDA Douglas, directeur artistique de l’événement. Une telle harmonie, c’était incroyable ! VIVEMENT LA PROCHAINE EDITION et cette fois, les absents auront doublement tort ! (Minsili Zanga Mbarga)

    A VOIR : Sur PositiveLifematters, plus de 30 videos amateurs prises lors de cette soirée  ou encore la playlist spécialament créée à l’occasion sur ma chaine YouTube

    *Bikutsi Fang Beti Ekang Olympia 10/07/2016, l’esprit derrière cet événement – Ci-après texte introductif d’une vidéo datant de mai dernier, et faite à l’occasion du lancement média de la soirée du 10 juillet

    « Présentation du Concert Bikutsi Ekang Fang Beti à l’Olympia le Dimanche 10 Juillet 2016 »
    Avec le partage du « « gâteau africain » que les puissances européennes, américaines ou ottomanes qui étaient au sommet du Monde en 1884 se sont octroyées au Congrès de Berlin, de grands groupes ethniques comme les Kurdes en Asie ou les Ekang en Afrique Centrale se sont retrouvés avec des familles éparpillées sur plusieurs pays avec des frontières arbitraires. Le peuple Ekang-Fang-Béti est ainsi reparti entre cinq pays que sont : le Cameroun, le Gabon, le Congo Brazzaville, la Guinée équatoriale et l’île de Sao Tomé & Principe.

    L’initiative du Concert Transnational Bikutsi-Ekang-Fang-Béti est un défi aux frontières arbitraires décidées en l’absence du moindre Africain au Congrès de Berlin, par des ambassadeurs qui n’avaient jamais mis les pieds sur le continent, afin de faciliter le pillage des richesses africaines, sans se faire la rivalité entre les prédateurs. Ce concert est un premier pas vers l’appel à l’unité africaine, et c’est dans ce sens qu’il aura le soutien total de vos médias panafricains, ceux qui rêvent de l’unité effective de l’Afrique, au-delà des promesses pleines de bonnes intentions, des trahisons et de l’humiliation récurrente de l’Afrique

    A VOIR : un résumé de la soirée en 1h12, par SOPIEPROD TV

Laisser un commentaire