• RIP, Anne-Marie NZIE : La voix d’or du Cameroun s’est éteinte à l’âge de 84 ans

    "Anne-Marie NZIE : Secrets d'or", un livre écrit par David Ndachi Tagne et publié en 1990 aux Editions Sopecam/Cameroun

    « Anne-Marie NZIE : Secrets d’or », un livre-biographie publié en 1990 aux Editions Sopecam/Cameroun. Son auteur, David NDACHI TAGNE, était journaliste camerounais, écrivain, éditeur, un homme de culture engagé. David NDACHI TAGNE est décédé en 2006, il avait 48 ans. A lire aussi de cet auteur : « La reine captive »

     

    DÉCÈS DE LA CHANTEUSE A.M. NZIE – Née en 1932 à Lolodorf (Sud du Cameroun), Anne-Marie NZIE est de cette génération de chanteuses qui ont porté haut la musique féminine africaine. Elle s’est éteinte dans la nuit du 24 au 25 mai selon une annonce faite par la télévision nationale du Cameroun. (1)

    RIP, « voix d’or du Cameroun », une artiste qui a fait sourire, danser et rêver tant de générations !
    RIP, la mère de « Sarah », « Beza ba dzo » qui depuis toujours, ont une place bien au chaud dans ma smartphone playlist ! Même si je ne les écoute pas régulièrement, il faut que j’ai à portée d’écouteurs mes titres signés Anne-marie Nzié ! « Mbemba Nlem » , une des chansons qui m’emportent toujours si près des montagnes verdoyantes de ma terre rouge. Et que dire du cultissime « Liberté », devenu tout un hymne !

    Anne-Marie NZIE pour moi, c’est aussi cette femme au destin extraordinaire qu’on entrevoit au travers de « Anne-Marie NZIE : Secrets d’or« , un livre écrit par David NDACHI TAGNE et publié en 1990 aux Editions Sopecam/Cameroun. Le portrait que cet auteur fait de notre « voix d’or » est simplement inspirant de compassion et humanité, un beau témoignage sur le courage, la détermination, la combativité, le don de soi et surtout, la faculté de croire en soi ! Ce livre, bien en place dans ma biblio, m’avait énormément ému lors de ma première lecture, et j’avoue l’avoir relu plus d’une fois avec toujours la même émotion.

    "«Vers l'âge de 12 ans, je suis tombée d'un arbre. Ça m'a valu quinze ans à l'hôpital, à cause d'un pied mal soigné. Mon frère aîné me tenait compagnie en jouant de la guitare… Ma chanson qui a duré le plus longtemps fut Liberté où je chantais: "Dieu nous a sauvés/ll s'est sacrifié pour nous/Aujourd'hui on souffre moins. Le texte correspondait à une époque où les pays africains devenaient indépendants, la chanson était perçue comme rebelle… " (Anne-Marie Nzié dans une interview au quotidien français Liberation)

    « Vers l’âge de 12 ans, je suis tombée d’un arbre. Ça m’a valu quinze ans à l’hôpital, à cause d’un pied mal soigné. Mon frère aîné me tenait compagnie en jouant de la guitare… Ma chanson qui a duré le plus longtemps fut Liberté où je chantais: « Dieu nous a sauvés/ll s’est sacrifié pour nous/Aujourd’hui on souffre moins. Le texte correspondait à une époque où les pays africains devenaient indépendants, la chanson était perçue comme rebelle…  » (Anne-Marie Nzié dans une interview au quotidien français Liberation)

    O KELE WA MVOAE A NYA WÂNE !
    Va en paix, notre Mère à tous !
    MBEMBE DULU A DZAAL BETARA AI BENANA !
    Bon voyage au pays de nos Pères et Mères
    BIA YEM NA BE MBOM WA NGUL OYENGA ASU MEDUGAN MOE
    Nul doute que leur cri de joie fut à la hauteur de la joie de te revoir ! (M.Z.)

    A LIRE : « Cameroun: Apres un courageux combat contre la maladie

    La triste nouvelle a été annoncée dans «CRTV-Dernière», le journal télévisé de minuit sur la télévision nationale publique.
    Victime d’une rumeur de mort à deux reprises, les 26 décembre 2013 et 10 mai 2016, la célèbre artiste Anne Marie Nzié est véritablement décédée dans la nuit d’hier à ce mercredi 25 mai 2016. La triste nouvelle a été annoncée dans «CRTV-Dernière», le journal télévisé de minuit sur la télévision nationale publique. La CRTV Radio a aussi annoncé le décès de la «Voix d’or» de la musique camerounaise dans son dernier journal parlé de minuit, en accompagnant cette mauvaise nouvelle de quelques extraits des tubes à succès de l’illustre disparue.

    Anne Marie Nzié a rendu l’âme dans les locaux de l’hôpital central de Yaoundé âpres un long et courageux combat contre la maladie. Son état de santé devenu très critique, l’auteur de la chanson à succès « Liberté » avait été admise en urgence le 8 mai 2016 dans cette formation hospitalière de la capitale politique. Elle n’a pas survécu au mal qui l’a fait souffrir pendant de nombreuses années.

    L’icône de la chanson camerounaise, mondialement connue, quitte ce monde à l’âge de 84 ans. Elle laisse une grande famille et de nombreux mélomanes orphelins. Elle va retrouver à l’au-delà, le grand guitariste Cromwell Ndzié, son frère ainé qui l’a initiée à la musique et le journaliste David Ndachi Tagne auteur de « Anne Marie Nzié, secrets d’or » un livre consacré à la défunte et publié en 1990. «Vers l’âge de 12 ans, je suis tombée d’un arbre. Ça m’a valu quinze ans à l’hôpital, à cause d’un pied mal soigné. Mon frère aîné me tenait compagnie en jouant de la guitare… Ma chanson qui a duré le plus longtemps fut Liberté où je chantais: « Dieu nous a sauvés/ll s’est sacrifié pour nous/Aujourd’hui on souffre moins. Le texte correspondait à une époque où les pays africains devenaient indépendants, la chanson était perçue comme rebelle… Aujourd’hui, la relève est faible, les anciens disparaissent. Amour, tristesse, joie sont mes thèmes habituels. J’écris d’abord les mots et je cherche la voix qui va avec. Je coupe après. Je souffre depuis qu’on m’a volé mon magnéto. J’interprète aussi le bolobo, musique de danse avec des claquements de mains. Je suis la maman du bikutsi» confiait le 29 mai 1998, Anne Marie Nzié à nos confrères du journal français Libération. Source : Cameroon-info.net / Adeline Atangana

    Anne-Marie NZIE, au même titre qu'une Miriam MAKEBA, aura porté haut les couleurs de la musique africaine

    Anne-Marie NZIE, au même titre qu’une Miriam MAKEBA, aura porté haut les couleurs de la musique africaine

Laisser un commentaire